jeudi 4 février 2010

La presse [ça s'achète ?]




Le matin, quand tu arrives à la station de Métro, il te faut slalomer entre les distributeurs de journaux gratuits. Encore, les SDF, tu peux éviter de les regarder. Eux se plantent devant toi avec leur sourire d'arracheurs de dents. Tu te sentirais presque plus coupable de ne pas leur prendre un exemplaire que de ne pas lutter concrètement contre la misère du monde.


J'exagère un peu, il y a des voyageurs qui s'en saisissent volontairement puisque c'est offert. De même, ils dévorent les catalogues publicitaires des grandes surfaces et comparent à chaque parution, le prix des nouilles au centime près. C'est pour le programme télé de la future soirée, ou bien c'est pour la grille de sudoku qu'ils rempliront aux toilettes durant l'après-midi, ils sont considérés comme des lecteurs à part entière.

On devrait toujours se méfier de ce qui est gratuit. Ici, du journaliste du recopieur de dépêches au dernier maquettiste, tout le monde est rémunéré sur la publicité. Des marques paient la location d'un emplacement ou parfois de plusieurs pages afin de te convaincre d'acheter leurs produits.

Entre une calamité et les dernières nouvelles du gouvernement, entre une catastrophe et l'annonce des prochaines réformes, entre un cataclysme et une interview de Claude Guéant, les yaourts P'tilait t'encouragent à la consommation.

A l'inverse, je me demande quelle part du prix de mes biscuits sert à rémunérer la presse gratuite ; combien pourrais-je économiser sur mes courses si je ne payais que le prix du produit lui-même ? De combien d'argent supplémentaire pourrais-je profiter pour m'acheter de véritables journaux ?


Nota benêt : le pouvoir d'achat, c'est peut-être
de pouvoir choisir d'acheter des journaux !



[source image]

33 commentaires:

  1. Sans ces journaux gratuits, peut-être qu'Actimel n'existerait pas. Une grande perte pour l'humanité.

    RépondreSupprimer
  2. des fraises et de la tendresse : Actimel ne serait pas qu'un fortifiant mais jouerait aussi le rôle de soutien à la presse ?
    :-))

    RépondreSupprimer
  3. Jamais un yaourt ne m'a encouragé à consommer !

    RépondreSupprimer
  4. Nicolas : je crois bien, moi aussi, que la pub est inutile ! :-))

    RépondreSupprimer
  5. rien n'est jamais gratuit! et je suis contre le tout gratuit .
    grr... je ne vis pas dans une grande ville donc je n'ai pas accès à cette presse... ah si mon mari m'en ramène pour allumer la cheminée :)
    bonne journée à toi

    RépondreSupprimer
  6. Oui, on devrait toujours se méfier de ce qui est gratuit et d'ailleurs, quand on lit ces "journaux", on comprend mieux pourquoi...

    RépondreSupprimer
  7. Canaille ! Claude Guéant associé à notre illustre rédaction. Et tout ça gratuitement. Nom d'un petit yaourth...

    RépondreSupprimer
  8. Dans la série le gratuit qui pervertit : les spectacles gratuits. Ainsi, ça arrange tout le monde (sauf les artistes et les techniciens) d'oublier qu'un spectacle, ça coûte, parfois cher et à juste titre.

    RépondreSupprimer
  9. Dita : tu ne loupes pas grand chose, sauf un bon feu de temps en temps ! :-)))

    Dorham : je ne les appelle même pas "journaux" ! Juste : prospectus informatifs ! Pour la gratuité, je considère que c'est un joli piège de l'ultra-libéralisme, sorte de ver dans le fruit ! :-))

    mtislav : tu es notre penseur secret, notre conducator de l'ombre, tel un Claude Guéant en éminence grise des blogs !
    [Eminence grise, ce n'est pas un sous-vêtement ! :-)) ].

    des fraises et de la tendresse : là, je suis moins d'accord. Par exemple, un concert organisé par la ville et offert gratuitement aux administrés est une bonne manière d'amener les gens vers la culture. Evidemment, il faut parler du coût de tout cela ! :-))

    RépondreSupprimer
  10. Je parlais d'éducation. Quand on n'explique jamais aux gens le pourquoi du comment, le prix des choses, et des spectacles qu'on leur offre, ça devient très simple dans leur tête: c'est gratuit point barre et tout ce qui n'est pas gratuit, on n'y songe même pas (je parle d'expérience). Mais bon, c'est plus compliqué qu'un échange de commentaires. Bien sûr que la culture doit être offerte mais pas tout le temps, pas de façon systématique.

    RépondreSupprimer
  11. Comprends pas qu'on puisse faire croire à une crise dans la presse écrite en France...Y a plus qu'à faire les poubelles et c'est réglé.

    RépondreSupprimer
  12. des fraises et de la tendresse : ça mériterait mieux qu'un échange de commentaires, on est d'accord. Le problème de la gratuité, c'est que ça ne donne pas la valeur des choses…
    :-))

    captainhaka : la presse poubelle, la presse caniveau, il y a encore de l'espoir ! :-))

    RépondreSupprimer
  13. "Le pouvoir d'achet, c'est… de pouvoir acheter des journaux", entièrement d'accord! Le déferlement de la presse gratuite épargne ma cambrousse, mais la pub bourre en revanche notre boite aux lettres…

    RépondreSupprimer
  14. Le Coucou : c'est très dommage d'habiter l'arrière pays, tu paies les produits chers à cause de la pub mais tu n'as pas la presse gratuite ! :-))

    RépondreSupprimer
  15. ...et tu paye aussi le vol. En payant ton paquet de biscuit, tu paye une partie du paquet qu'un autre a volé...

    Autant voler donc...

    RépondreSupprimer
  16. Mademoiselle Ciguë : tu es une rebelle jusqu'au bout !
    :-))

    RépondreSupprimer
  17. Finalement, il faudrait directement emballer les biscuits dans l'interview de Cloclo. Mais juste les biscuits, parce que les yaourts au papier journal, ça colle aux dents.

    RépondreSupprimer
  18. nekkonezumi : ton commentaire me rappelle la période où les boulanger nous fourguaient de la baguette dans un sachet couvert de publicités locales. On parlait alors de "nouveau média" ! :-))

    RépondreSupprimer
  19. et sans pub, qu'en serait-il de Google ?

    RépondreSupprimer
  20. Billet intéressant...
    Mais je dirai pour la défense des "gratuits" que certains "payants" ne sont pas forcément plus "intéressants" et inteligents...!!

    J'aime bien le 20mn, je le lis comme une suite de dépêches AFP.
    Une chose aussi que j'aime bien : si petit soit-il, si restreint soient les articles, c'est un des rares journaux où il y a presque toujours une carte de situation des événements...

    Bises de papillon, merci d'être passé chez moi ;o)

    RépondreSupprimer
  21. Je sais pas si lire à la suite des nouvelles brèves ,nous donne une vrai information!
    les gens croient avoir l'info mais une dépêche reste une dépêche et sans des éditorialistes pour approfondir, la dépêche reste stérile.
    les gratuits ,c'est un peu servir de la soupe .
    Sinon ,en province pour ne pas être inonder de pub dans les boites aux lettres, il suffit de mettre un petit autocollant et c'est très bien respecté par ceux qui distribuent. j'en ai plus une seule:)
    bonne journée à toi

    RépondreSupprimer
  22. VéroPapillon : 20Mn et consorts sont effectivement bons pour lire une suite de dépêches. Pour ce qui concerne l'analyse, la mise en perspective, voire l'historique d'une actualité, il vaut mieux s'adresser aux "vrais" journalistes ! Evidemment, il y a aussi de mauvais journaux payants mais si on considère que c'est l'absence de lecteurs qui peut les faire disparaitre, c'est encore un argument contre les gratuits !!! :-))
    (bienvenue par ici !!!).

    Dita : exactement ! Il y a une sacrée différence entre le flot des brèves et un journal d'infomations, ne serait que par le travail de hierarchisation de la rédaction, en supposant qu'elle est bien faite !
    Pour la pub, effectivement, ça marche bien le petit autocollant, même à Bruxelles !
    :-)))

    RépondreSupprimer
  23. Il y a aussi de vrais lecteurs qui profitent de pouvoir lire les nouvelles gratuitement. D'accord, un journal ce n'est qu'un euro par jour... mais cet euro, pour l'étudiante que je suis, peut représenter beaucoup !

    RépondreSupprimer
  24. Mon Dieu je loupe ça deouis que je ne prends plus les transports...

    RépondreSupprimer
  25. L* : tu exagères ! Cette pièce de 1 euro est LE choix d'être informée correctement et pas simplement d'accéder au flot des dépêches. Un choix !
    (en plus tu pourrais le lire un jour sur deux !!! :-)) ).

    Kabotine : est ce que ça te manque ? :-)))

    RépondreSupprimer
  26. Je reconnais que ce n'est pas cher mais je ne saurais pas me passer de 30 - ou même 15 ;) - euros par mois.
    Mais je me rattrape en lisant les nouvelles sur les sites des journaux que je n'achète pas ;)

    RépondreSupprimer
  27. Tiens, ce billet a tout juste une semaine. Je ne suis pas chez Poireau mais chez Tonnégrande.

    RépondreSupprimer
  28. L* : plusieurs sources d'infos, c'est surtout ça ! :-))

    Nicolas : ah ? Mince, il faut que je me remette au boulot alors ? Du mal à m'y consacrer en ce moment... :-)

    RépondreSupprimer
  29. J'estime pour ma part qu'il faudrait des quotidiens régionaux gratuits!

    RépondreSupprimer
  30. Aurel : je t'invite à relire l'article sur le sens de la gratuité ! :-))

    RépondreSupprimer