mercredi 25 mars 2020

Les idiots et les médiocres




La meilleure analyse de ce qu'est enmarche et qui nous éclate aujourd'hui à la gueule est celle qui consiste à comprendre qu'en lançant un mouvement ni-de-gauche-ni-de-droite (et réciproquement), on s'est retrouvé avec des gens au pouvoir qui n'avaient aucune compréhension politique* du monde et, pour ceux qui étaient encartés dans l'un ou l'autre des partis pré-existants, aucune chance de faire la moindre carrière.

Nous avons ainsi promu des idiots et des médiocres.

Moi personnellement, non. Mais vous qui avez voté pour eux, vous êtes responsables d'avoir sélectionné et associé des imbéciles avec des incompétents pour leur filer la direction du pays. 

À commencer par Emmanuel M*cron lui-même qui est une sorte de singe savant. Excellent pour répéter comme un âne, les leçons reçues de ses maîtres puissants, Jacques Attali, Alain Minc, Jean-Pierre Jouyet mais bien incapable de ce que l'on considère comme de l'intelligence c'est à dire la capacité à s'adapter en permanence à la réalité.

Ainsi, pendant que la population meurt en masse, pendant que les cadavres s'empilent à la sortie des hôpitaux dépourvus des moyens nécessaires à la lutte épidémique, nous regardons un président qui travaille à sauver la finance et le monde des affaires.

Vous pensez que j'exagère ? Prenons les dernières décisions du gouvernement à l'heure où le bilan fait état de plus de 1.100 morts officiels* du coronavirus dans notre pays : Olivier Véran, nouvellement ministre de la santé (nommé après qu'Agnès Buzyn ait trouvé plus important d'aller tenter sa chance à la mairie de Paris !) annonce un plan de 260 millions d'euros* en faveur de l'hôpital public tandis que dans le même temps, c'est 4 milliards d'euros*, soit plus de 15 fois plus, qui sont soudainement débloqués au profit des start-up.

Le président a beau jeu de rendre visite aux soignants pour faire de belles images que tu regardes angoissé·e dans ton journal télévisé, les journalistes ont beau jeu de cirer les pompes du pouvoir* pour lui servir ainsi sa communication politique un peu plus brillante, on le voit bien, tout est mensonge dans le macronisme.

Quand nous en aurons fini de cette crise sanitaire, j'espère que votre colère sera aussi forte que la mienne et que vous n'accepterez pas de reprendre notre vie d'avant. Comme si de rien n'était. Comme si nos aînés sacrifiés étaient morts* pour rien, isolés de leur proche et laissés seuls pour cause de contagion.

Ces gens, tous ces gens, ta mamie, ton père, les infirmiers et les médecins ne meurent pas du virus, ils meurent par le manque de moyens donnés aux hôpitaux. Ils meurent parce qu'on a laissé aux milliardaires le loisir de ruisseler plutôt que de payer l'impôt. Et s'ils meurent, qu'ils soient morts pour révéler la véritable nature du macronisme : une oligarchie au service du pognon et contre la population.

Image : «Le jeu des selfies avec M*cron» - Europe1, 11 août 2017 ©Philippe Lopez/AFP

lundi 24 février 2020

Roger Waters (Pink Floyd) par Philippe Constantin

Première publication dans «Rock & Folk» n° 108, janvier 1976 sous le titre «Floyd Roger»


Roger Waters at Abbey Road during the sessions for Wish You Were Here - 1975


Pourquoi fuyez-vous obstinément la presse et les médias ?
- Je viens de faire une interview à la radio en France, il y a un mois et demi, et c'était un genre de farce. Parce qu'ils n'étaient pas intéressés. On n'avait rien en commun.
 
Mais il peut se trouver des médias et des gens avec lesquels tu peux t'expliquer ?
- Eh bien, c'est ce que je suis en train de faire !

Comment réagis-tu aux critiques ?
- Juste émotivement. Ça m'ennuie que les gens critiquent.

Le disque est-il pour toi une manière de réponse à ces critiques éventuelles ?
- Ça m'arrivera peut-être. Encore faudrait-il que je trouve une critique qui m'intéresse vraiment, qui m'apporte quelque chose. Et puis je ne pense pas que ce soit vraiment essentiel d'instituer un dialogue avec les rock-critics… Il y a des minorités plus intéressantes. Je me fous un peu de ce qu'ils racontent. Ça me heurte parce que je vois ça écrit noir sur blanc. Je n'aime pas me sentir attaqué. Même si, sauf quelques exceptions, ils ne vont pas réellement au fond des choses.

Lors de cette interview à Europe 1, je me rappelle que, contrairement aux autres fois où on en a parlé, tu as été très dur avec Syd Barrett. Tu l'as décrit adipeux, vidé, incapable de créer.
- Vraiment ? L'explication à ma réaction violente est que j'ai un peu par-dessus la tête des conneries que tout un chacun sort sur Syd, et qui ne seraient même pas évoquées si Syd avait eu du succès. Ou si nous n'en avions pas eu.

Plus vous êtes “modeste” en refusant des compromis avec les médias, plus vous leur paraissez arrogants.
- Je me fous de paraitre arrogant à l'égard des rock-critics. Ils ne sont pas un média d'explication entre le public et nous. Je ne pense pas que nous paraissons arrogants envers le public, c'est cela qui me concerne.

Vous apparaissez face au public comme une unité indissociable, à la différence d'autres groupes bien connus. Est ce que cette unité se traduit sur le plan idéologique et musical ? Ou est-ce qu'il y a chez vous un leader qui impose ses idées ?
- Sautons cette question, elle n'a aucun intérêt. Tu connais la réponse, tout le monde la connait : nous sommes contre les leaders, en toute circonstance.

Quelles étaient vos influences à l'origine ? Pourquoi avez-vous décidé de tourner le dos à toute la tradition musicale ambiante, le rock, le blues ?
- On n'a jamais tourné le dos à quoique ce soit. Il n'y a jamais eu de départ ou de rupture dramatique avec une "tradition" musicale. On a peut-être au contraire, simplifié tout ça. Il est vrai que plusieurs de nos morceaux étaient "différents", comme «Saucerful of Secrets» par exemple. Peut-être qu'on voulait tout simplement sortir du système de répétition de 16 ou 32 mesures, et travailler plutôt sur des "séquences". Ce qu'on écoutait, nous quatre, ce dans quoi on baignait, c'était du rock finalement, et du jazz aussi ; mais surtout Johnny Hodges — très cool, tu vois —, Mingus… On écoutait finalement tous à peu près la même chose. J'ai simplement fait une fixation sur Berlioz à une certaine époque, mais sans plus.

Penses-tu que le rock'n'roll est limité en tant que moyen d'expression ?
- Ça c'est une question à poser à ceux qui en font. Probablement, la réponse est non. Trop limité pour quoi d'ailleurs ? Que cherchent les gens en réalité ? Qui peut le dire ? Si on parle de moyen d'expression, le plus qu'on puisse dire est qu'il est adapté. Ça n'a aucune espèce d'importance que ce soit limité ou non. C'est ce que j'objecte au rock-journalisme, c'est cette manière de donner aux choses une importance différente de celle qu'elles ont réellement.

Êtes-vous tentés comme quelques autres, de faire une tournée, surprise ou pas, avec un "équipement moyen", sono traditionnelle, sans audiovisuel ?
- Pas avec Pink Floyd. Ça n'aurait pas grand sens. Par contre, c'est vrai qu'un contact plus proche, moins sophistiqué me tente. Ça tente David [Gilmour] aussi. On le fera peut-être mais pas avec le Floyd. Hier, Nick [Mason] a joué en première partie d'un groupe amateur qui a gagné le referendum du «Melody Maker», avec Laurie Allen et d'autres…

C'est un problème que votre musique soit utilisée comme jingles ou fond sonore pour des films télé ?
- Je m'en fous. Ça ne m'amuse pas mais “qu'y puis-je ?" [en français dans le texte].

Que penses-tu du rock allemand ? Crois-tu que le Floyd lui ait ouvert la porte ?
- Je connais très peu le rock allemand. J'écoute pas ça. L'autre jour, j'ai écouté un morceau de Kraftwerk (Autobahn) à la radio, ça m'a ennuyé. C'est possible ou probable qu'on ait été à la base de tout ça, Tangerine Dream, etc. Si on n'avait pas eu de succès, ils n'auraient probablement pas essayé. Ça n'aurait pas été un drame…

Pourquoi aux USA, le succès s'est-il fait attendre plus longtemps que partout ailleurs ?
- Parce que sans doute aux USA, plus que partout ailleurs, ils ont la manie de suivre le peloton.

L'idéal te parait-il de fabriquer ta musique dans un studio ou de te prendre parfois le risque de la scène ?
- Le fait est que l'année passée, nous avons beaucoup tourné. Et que je me sentais mieux dans un studio. Le fait est aussi que tout cette année, je ne me suis pas senti bien du tout, en moi, et que le studio en tant qu'espace clos me convenait mieux. Mais je ne généraliserais pas là-dessus.

Encore une fois, on retombe sur la tarte à la crème : votre musique est une musique très produite, à savoir qu'elle repose beaucoup sur l'électronique et que son espace privilégié est bien le studio, où l'on dispose du maximum de technique.
- Je vois où tu veux aller. Tu vas me dire que Pink Floyd fait du rock spatial. Tu sais parfaitement que c'est de la connerie. Il y a peut-être deux ou trois chansons du Floyd qui se réfèrent à la science-fiction. Les critiques sont sans cesse retombés sur cette tarte à la crème parce que notre musique les laissait indécis. Ils n'ont jamais écouté les textes. Certes, «Saucerful of Secrets» est une chanson qui se réfèrent à la science-fiction, «Astronomy Domine», «Machine» à la rigueur, et alors ?… Ils classifient tous cela comme des space-rocks, comme ça, cela les dispense de chercher plus loin, de voir ce qui est dit en fait.

La femme et l'amour sont des thèmes plutôt rares chez vous, pourquoi ? La seule chanson d'amour du Floyd que je connaisse est «Wish you were here».
- Oui, c'est vrai, c'est une chanson d'amour, mais encore là à un niveau très général et théorique. Si je faisais une psychanalyse, mon psychanalyste pourrait te dire pourquoi je n'écris pas de chansons d'amour. En fait, j'en ai peut-être une ou deux autres, mais toujours très impersonnelles. Si je n'ai jamais parlé vraiment d'amour, c'est peut-être que je n'ai jamais vraiment su ce qu'était l'amour. Je suis seulement quelqu'un qui a connu la même relation amoureuse depuis l'âge de seize ans et qui en change soudain, quinze ans plus tard. Que puis-je dire de fondé sur l'amour ? Pour écrire des chansons d'amour, il faut être sûr de ses sentiments ; peut-être pourrais-je en écrire maintenant, mais peut-être pour moi seulement, pas pour le Floyd.

Quand tu écoutes les premiers albums du Floyd, tu les trouves «démodés» ?
- Et bien je ne les écoute pas souvent. J'ai réécouté le premier l'autre jour. Démodé, ça n'est pas du tout le mot. Je ne pense pas qu'il en restera grand chose dans le futur, c'est tout.

Es-tu impressionné par la technique ?
- Pas du tout. La technique ne dit rien de la musique. Le plus impressionné par la technique de nous tous est sans doute Nick [Mason], parce qu'il est batteur et que sans doute, la batterie est l'instrument le moins libéré dans la rock-music ;mais c'est un problème mineur. Je ne supporte pas tous ces discours sur la technique. Qu'est ce qu'on en a à foutre qu'Alvin Lee ou Eric Clapton soient les guitaristes les plus rapides ? C'est pas plus intéressant de se demander ce qu'ils véhiculent dans leur musique ?
Bruce Springsteen est un fantastique technicien de «l'entertainment». C'est proprement prodigieux au début du concert, ce type crasseux entouré de musiciens très bien habillés, ses plongeons dans la fosse d'orchestre, tout. On est étonné dans la première demi-heure. Puis, on voit le système et on s'aperçoit qu'il "fabrique" une authenticité et son authenticité, elle est en plastique. Et aussi sec, on dit que c'est le nouveau Dylan, alors qu'il n'est en fait qu'un "faiseur" de talent. Au bout de deux heures, un type au balcon a sauté de son siège en hurlant : «Genius !». C'était trop, vraiment trop. Alors moi, la technique… méfiance.

Pourquoi avez-vous fait avec «Wish…» un disque basé sur l'absence ?
- Nous n'avons pas commencé avec l'idée de faire un disque basé sur l'absence. Ce qui s'est passé c'est qu'on a commencé à construire la musique de «Shine on you», d'où émanait une sensation fortement mélancolique et c'est ce qui est venu d'abord. Alors quand j'ai écrit les paroles, je ne sais pas pourquoi mais j'ai commencé à écrire sur la chute («demise» en anglais implique une mort mais pas forcément dans le sens physique) et Syd. Et puis on a écrit d'autres trucs. J'en ai écrit un qui s'appelle «Raving & dooling» et un autre avec David qui s'appelle «You gotta be crazy». Puis on a commencé à enregistrer «Shine on you». Les six premières semaines dans le studio étaient extrêmement torturées. Je me suis rendu compte que parfois, dans le groupe, on n'était là que physiquement. Nos corps étaient là mais nos esprits et nos sentiments étaient ailleurs. Et on n'était là que parce que cette musique nous fait vivre et bien vivre, ou parce que c'était une habitude - d'être dans Pink Floyd et d'opérer sous cette bannière.

Tu crois que d'autres groupes font la même chose ?
- Evidemment. Mais la situation m'ennuyait. On a discuté là-dessus mais je ne me rappelle pas très bien parce qu'il y a très longtemps de ça. Puis on a eu une dispute sur ce sujet, principalement entre David [Gilmour] et moi à propos de «quoi faire». Lui voulait simplement enregistrer les deux trucs qui étaient déjà écrits. Ça ne me semblait pas bien. Moi, je voulais m'enfoncer dans mes sentiments du moment et écrire quelque chose là-dessus, en coupant «Shine on You» en deux et en projetant mes sentiments sur ce qui se passait en moi. Nick [Mason] et Rick [Wright] pensèrent que c'était une bonne idée, alors c'est ce qu'on a fait finalement.

Je crois que vous êtes le seul groupe, à ma connaissance, qui fasse ouvertement des déclarations idéologiques sur disque. «Machine» est une chanson en soi. On ne peut pas faire un rapport avec «Shine on You» et c'est comme «Wish You Were Here». C'était déjà le cas de «Dark Side Of The Moon» qui, je crois, était un genre de déclaration fondamentale sur des tas de choses. Alors, pourquoi avez-vous choisi au commencement de faire au moins une face du disque sur Syd Barrett ? C'était quoi le programme, une espèce d'hommage à Syd ?
- Pas vraiment un hommage. Syd est un des avatars de la vie dans l'ouest aujourd'hui. Syd était proche de nous trois parce qu'on travaillait avec lui et aussi de Dave [Gilmour] parce qu'il avait besoin de lui quand il était jeune à Cambridge. Vraiment, je ne sais pas pourquoi j'ai commencé à écrire «Shine On You».

Est-ce parce que tu as vu, en France, beaucoup de journalistes ?
- Non, rien à voir avec ça. Non, j'en suis sûr. Je veux dire, je ne sais pas… Peut-être. Pour ma part, je n'ai jamais lu un mot intelligent sur Syd Barrett, jamais, dans aucun journal. Aucun ne sait de quoi il parle. Seuls nous, qui le connaissons, qui le connaissons toujours un peu, savons les faits, comment était sa vie, ce qui lui est arrivé, pourquoi il faisait certaines choses… Ils me font rire, ces journalistes qui écrivent des conneries. En fait, j'ai surtout écrit cette chanson «Shine On You», pour voir les réactions des gens qui croient connaitre Syd Barrett.
J'ai écrit et ré-écrit et ré-écrit et ré-écrit ce texte parce que je voulais que ce soit aussi près que possible de ce que je ressentais - et même si ça n'est pas tout à fait réussi pour moi. Mais il y a quand même un sentiment véridique dans ce morceau, je ne sais pas, cette espèce d'inéluctable mélancolie de la disparition de Syd - parce qu'il est parti, il s'est retiré tellement loin maintenant que, en ce qui me concerne, il n'est plus là.

Et alors, ce que tu voulais mettre au milieu de «Wish You Were Here», c'était quoi ?
- La chanson de la Machine. C'est simplement un jeu avec les images auditives.

Signifie-t-elle que vous êtes piégés dans plein de contradictions : le fric, la fait qu'il faut livrer un album régulièrement, faire des concerts, que vous ne pouvez pas diriger vos vies, jusqu'à un certain point ?
- Non, pas vraiment. C'est encore plus simple que ça. Il s'agit tout simplement d'être aspiré (absorbé) dans quelque chose et d'être emporté : l'individu qui suit ce qui se passe autour de lui.

C'est votre piège d'être dans Pink Floyd ?
- C'est en fait "vouloir" tomber dans un piège. Il s'agit de notre société, de la motivation qui fait marcher le tout. Dans la mesure où ça marche. Maintenant, ça roule - mais ce qui fait que ça marchait pendant les cinquante dernières années, depuis la Première Guerre mondiale peut-être, ce sont les rêves auxquels les gens aspirent souvent… Non, ce n'est pas ce que je voulais dire du tout. C'est que les gens sont très vulnérables à leur propre avarice, à leur besoin d'être aimés, appréciés…

Tu en as fait dans «Machine» quelque chose de très obscur. Je crois que c'est obscur également pour ceux qui parlent anglais. «Wish You Were Here», rien de plus clair. «Have A Cigar», très simple, rien de plus clair. Mais «Machine», même dans la musique, les portes qui se ferment, la foule à la fin, de quoi s'agit-il ?
- Laisse-moi réfléchir. Ça commence avec un sax qui disparait dans le lointain et une machine qui apparait. C'est vraiment une chanson du point de vue de notre héros, d'un individu. Et l'ouverture de la porte, si tu veux, symboliquement, tu sais, c'est une phrase dont on se sert tout le temps en anglais «les portes qui s'ouvrent» : les symboles des portes, des clés, c'est le symbole de la découverte, de l'avancement, du progrès, d'accord, mais le progrès vers quoi ? Vers la découverte ou vers autre chose ? Dans cette chanson, c'est en direction de rien du tout, sauf le but de faire partie du rêve qui t'a piégé et de suivre ce chemin en premier lieu. Et la machine se perpétue tellement parce que son carburant, c'est les rêves. La machine du rock n'est pas graissée et ne roule pas actuellement sur l'appréciation des gens de la musique ou sur leur désir de s'intéresser et d'écouter de la musique, à mon avis. À la base, ça roule sur les rêves. Le rock est devenu une expression des rêves d'une génération. C'est pour ça que les gens se lancent là-dedans, pas pour faire de la musique, ça c'est un faux raisonnement. Beaucoup de gens croient ça, mais moi, je ne le crois pas, ce n'est pas pour ça que je suis entré là-dedans.

Alors pourquoi entrent-ils dans le rock ?
- Pour plusieurs raisons mais la plus importante est qu'ils ont besoin d'être applaudis et aimés.

Ça a été ton but quand tu commençais à faire de la musique ?
- Je n'en étais pas conscient… Si, peut-être, parce que le désir fondamental d'un musicien, c'est d'avoir du succès puisqu'il faut y travailler très dur. Ça existe, les gens qui entrent dans des groupes et ne s'intéressent pas forcément au succès, mais qui sont interressés par la musique ou le fait d'écrire des chansons mais ces gens-là n'auront pas beaucoup de succès. Pour avoir beaucoup de succès, il faut que le succès soit un vrai besoin, un besoin très fort. Et le rêve, c'est que quand tu auras beaucoup de succès, quand tu seras une star, tu seras bien, tout ira merveilleusement bien. Voilà le rêve et c'est un rêve vide, comme tout le monde le sait.

Je me souviens, il y avait une époque à Amougies par exemple, où le grand moment dans le spectacle c'était «Careful With That Axe, Eugene» et tu faisais tout un théâtre très violent avec les cymbales, un truc vraiment féroce, que nous, on trouvait très impressionnant. Et après ça, après «Ummagumma», tout a complètement disparu. Vous avez commencé à faire «Atom Heart Mother», un disque que je n'écoute jamais. Et puis le show sur la scène a complètement changé.
- Peut-être que cela a quelque chose à voir avec mon âge. Le besoin d'être violemment agressif se réduit, tout au moins pour moi. Maintenant, je me sentirais ridicule de casser des choses sur scène, peut-être parce que j'ai trente-deux ans. Mais dans le passé, j'avais envie de le faire.

N'était-ce pas parce qu'après «Ummagumma», vous êtes devenus un groupe respecté, le seul accepté par des gens qui n'ont jamais écouté de rock ? 
- C'est possible. Je suis aussi peu certain de tout que je l'étais auparavant. Je n'ai rien découvert, rien qui m'aide.

Dans ta vie ?
- Dans ma vie. Chaque chose nouvelle que je réalise, ou chaque chose que j'obtiens ne me satisfait pas comme j'imaginais qu'elle le ferait quand j'étais jeune. Je me rends compte que ce genre d'ambition n'est qu'une illusion pour moi.

Crois-tu que tu avances vers LA vérité, ou vers TA vérité ?
- Oui, j'espère bien, autrement, je ne ferais rien. Si je voulais, je pourrais laisser travailler les autres pour moi jusqu'à la fin de ma vie, m'allonger sur une plage et pêcher à longueur de journée. Je ne crois pas que je pourrais supporter ça, parce que detemps en temps, j'éprouve le besoin d'écrire des choses… Mais je n'ai pas encore expliqué la chanson de la Machine. Il y est question de ce qui provoque l'absence. «Wish You Were Here» est la chanson sur les sensations qui concernent l'état de "ne pas être là", de travailler et d'être avec des gens que tu sais ne pas être là non plus. La chanson de la Machine concerne la situation dans le business dans lequel je me trouve, qui crée cette absence. On est encouragé à être absent parce qu'on est encouragé à ne tenir aucun compte de la réalité - partout, pas seulement dans la machine du rock, mais dans le mécanisme entier de la société. Ce mécanisme t'encourage à rejeter ; à partir du moment où tu entends quelque chose, à partir du moment où tu es né, tu es encouragé à rejeter les réalités de ce qui t'entoure et à accepter des rêves et des codes de comportement. Tout est codé. On te demande de communiquer directement. Et ça s'appelle la civilisation, les mœurs.

Que signifie la foule à la fin, après la dernière fermeture des portes ? C'est une fête ou une party ?
- Oui, c'est comme une party. On a mis ça là à cause du vide complet de ce genre de comportement - des fêtes, des réunions de gens qui parlent et boivent ensemble. Il me semble que ça incarne le manque de contacts et de sentiments véritables entre les gens. C'est très simple, grossier même. Il (le héros) s'élève d'où il était, prêt à faire face à la fête et il est prêt parce qu'il a été entraîné pour.

Les rapports trop structurés de gens assemblés dans une pièce, pendant que la machine est à côté.
- Oui, si tu veux, il fait surface. L'idée, c'est que la machine est souterraine. Quelque pouvoir souterrain et donc mauvais, qui nous mène vers nos divers destins amers. Le héros a été exposé à ce pouvoir. D'une façon ou d'une autre, il est descendu dans la machinerie et il a vu, et la Machine (le Pouvoir) a admis ce fait et elle lui dit qu'on le surveille du fait «qu'il sait». Et elle lui apprend aussi que toutes ses actions sont des réponses pavloviennes, que tout n'est que réflexes conditionnés et que ses réponses ne viennent pas de lui-même. Et en fait, il n'existe plus, sauf dans la mesure où il a la sensation dans le fond de lui-même que quelque chose ne va pas du tout. Et ça, c'est sa seule réalité. Et puis, il s'en va, il quitte la machinerie et il entre dans la pièce (le monde), et la porte s'ouvre et il réalise que c'est vrai, que les gens sont tous des zombies. Ce n'est pas très sérieux, tu vois. Quant à cet album, il a reçu des critiques qui disaient que c'est très cynique.

Ça c'est bizarre. Parce qu'en France, la situation n'est pas du tout la même. Le disque est vu là-bas comme un disque très poignant, qui parle de tout son cœur. Et ça, c'est très rare.
- Je crois que c'est «Melody Maker» qui a dit que c'est cynique. Et cet album est tout sauf cynique.

Peut-être qu'ils parlent de «Have A Cigar».
- Je ne sais pas. «Have A Cigar» n'est pas du cynisme, c'est du sarcasme. En fait, ce n'est même pas du sarcasme, c'est du réalisme. Je connais un mec qui travaille dans un foyer pour des drogués, des alcooliques, des molesteurs d'enfants, je l'ai rencontré dans le pub où je vais boire et il avait écouté la chanson «Time» où il y a la phrase «Hang on in quiet desperation» (accroche-toi dans le désespoir tranquille) et ça l'émouvait beaucoup parce que ça avait un rapport avec ce qu'il ressentait en lui-même. Et ça m'a rendu conscient que si j'exprimais mes sentiments vagues et troublés, comme ils le sont, aussi honnêtement que je le peux, c'est le maximum que je puisse faire… En ce moment, je ne suis pas très intéressé par l'Art… Et je ne m'intéresse à la musique que dans la mesure où ça m'aide à exprimer mes sentiments.

Dans quel sens ?
- Eh bien, par exemple, j'ai l'habitude d'avoir beaucoup de succès et on tient à un certain ordre établi, parce qu'on a l'habitude du succès. Pendant le commencement de «Wish You Were Here», l'alternative de départ, c'était d'essayer d'exprimer ce que je ressentais à ce sujet et ça a marché moitié-moitié parce qu'on tournait aux États-Unis à ce moment et ça enlevait un peu d'énergie. Alors, ça n'est pas aussi puissant que j'aurais voulu. Ça aurait pu être beaucoup plus fort. Moi, j'aurais aimé nous entendre gueuler sur ce disque, j'aurais aimé entendre des morceaux des conversations qui avaient lieu pendant l'enregistrement.

Peut-être que ça n'aurait pas fait de la bonne musique.
- D'accord. Mais sur «Dark Side Of The Moon», on s'est servi des morceaux de conversations de telle manière que ça se mélangeait bien avec la musique, à mon avis. Peut-être une transcription de ces conversations pourrait-elle être publiée, parce que ça peut intéresser les gens.

Quand j'écoute «Ummagumma», je trouve la production très artisanale, que ce sont quatre personnes qui ne jouent pas tellement bien, des gens qui jouent, qui bricolent avec l'électronique. Mais je trouve que depuis, la musique a fait des progrès incroyables. Collectivement et individuellement. Dans le dernier disque, Dave [Gilmour] joue fantastiquement bien.
- Je suis d'accord.

Alors, si tu découvrais que l'un d'entre vous n'était pas au même niveau techniquement que les autres, est-ce que tu te séparerais de lui ? Dans l'intérêt de la musique ?
- Non. Tout simplement parce que je n'ai pas ce genre de besoin musicalement. Pour moi, on n'a pas besoin d'être techniquement bon pour exprimer des sentiments.

Alors maintenant que vous avez fait dans «Wish You Were Here» ce bilan sur la musique et son monde, et des conditions humaines de sa création, crois-tu que vous serez capable de faire une musique différente et meilleure sur d'autres sujets ?
- Je ne te suis pas vraiment. Tu vois, si tu parles des sujets…

Tu es resté silencieux pendant trois ans, est-ce qu'il y a une raison quelconque pour ça ? Tu as fait le maximum avec «Dark Side Of The Moon» dans un certain genre de réflexion et ça vous a apporté certains problèmes qu'il fallait résoudre.
- Je ne crois pas qu'on ait résolu des problèmes.

Non mais vous avez fait un bilan.
- Oui, ça c'est vrai. C'est difficile à dire, parce que j'ai écrit tous les textes et toutes les idées pour les œuvres qu'on a faites ces dernières années et c'est très difficile de dire ce qu'on fera. Je sais que Dave [Gilmour] et Rick [Wright], par exemple, ne croient pas que le sujet ou le thème du disque et les idées développées sont aussi importants que je le crois moi. Ils s'intéressent plutôt à la musique en tant que forme abstraite. Il y a quelque chose de presqu'inéluctable, c'est qu'on va travailler chacun sur son propre projet. Certainement nous trois. Quant à Nicky [Mason], je ne sais pas. Personnellement, j'ai de quoi commencer tout de suite, pour faire un disque. Je ne sais pas où Dave [Gilmour] va trouver de quoi faire un disque mais je suis sûr qu'il va trouver. Je crois qu'il va faire un disque fantastique mais pas du tout comme ce qu'on a fait, nous. On verra.

Je sais que la réaction en France à Pink Floyd n'est pas du tout la même que dans les pays anglo-saxons. En France, vous avez fonctionné comme des «maîtres à penser» et maintenant c'est fini, je crois. En France, quand les gens deviennent connus, ils obtiennent le pouvoir donner les idées aux autres. Mais ça a été partiellement détruit par l'opération Gini. Je crois que ça, c'était bien, que ce mythe stupide «Pink Floyd sont des saints» ait été détruit par la publicité pour cette espèce de limonade.
- Si Gini a réussi ça, alors cette histoire ne fut pas tout à fait mauvaise. J'ai écrit une chanson là-dessus en ce temps-là, que je n'ai pas enregistrée et qui s'appelle «How Do You Feel».

Que disait-elle ? Pourquoi l'as-tu faite ?
- Je rentrais chez moi en avion du Maroc et je me sentais très mal à cause de cet épisode de la publicité pour Gini, alors j'ai écrit le début du texte : «Je vendais mon âme dans le désert», et le refrain c'est : «Comment te sens-tu, prenant les morceaux de mon âme ? / Comment, comment te sens-tu ? / Tu te sens riche ? Tu te sens pauvre ? / Tu sens que ton temps est employé comme il faut ? / Comment te sens-tu ?». Ça c'est le premier couplet. Et puis : «Les liens sont des actes de complicité / Brisent les illusions enfantines / Comment, comment te sens-tu ?».
Non, je me suis gourré dans le premier couplet, j'aurais dû dire : «Tu te sens bien, tu ne te sens pas bien / Est-ce que tu sens que tu t'es fait avoir ?». Et puis dans le troisième couplet, il s'agit de la nuit et de la peur : «Je me tenais serré par une nuit mauvaise / À moitié dans la lumière. / Comment, comment te sens-tu ? / Tu te sens en sûreté, tu te sens blessé ?, / comment, comment te sens-tu ?».

Tu crois que tu as été piégé, là-dedans (dans l'affaire Gini) ?
- La chanson s'appelle «Bitter Love». Piégé là-dedans ? Absolument pas. Ça a été pour nous simplement, une sorte d'enseignement.

Non, je veux dire, piégé par Gini. C'est à dire, c'était une bonne occasion de voler de l'argent d'une grande compagnie. Alors, est-ce que tu croyais que tu allais piéger la compagnie ?
- Non. Au commencement, c'était comme si on gagnait un prix. Ils voulaient nous donner 50.000 Livres pour prendre une photo. Bon dieu ! Alors fantastique ! C'est seulement plus tard que je me suis dit : mais qui a besoin de ça ? Certainement, si j'étais pauvre je le ferais, absolument. Pour moi, ne pas faire de publicité est un luxe, parce que j'ai de l'argent. Mais si je travaillais dans un bureau d'architecte à 40 sacs et que quelqu'un me disait : «Écoute, on aime bien ta gueule, on te donne 500 sacs pour faire de la publicité», je le ferais.

Je crois qu'en France, les gens n'ont pas compris ça. Parce que vous étiez comme des saints en France et puis, tout à coup, vous êtes tombés du socle.
- Ça c'est très bien.

Oui mais ce qui s'est passé c'est que ça a inspiré plein d'idées contre le groupe et contre la musique. Et ça n'est pas juste.
- Oui, mais la vie n'est pas juste, n'est-ce pas ? Si on attend que la vie soit juste… Je lis des trucs qu'ils écrivent sur moi…

Comme…
- Oui, tout ça. Comme par exemple de dire que je ne devrais pas chanter !

Même si tu chantais très mal, c'est assez con de le dire dans le contexte de cette musique.
- Attendre que les journalistes ou n'importe qui soit juste, bof, rien de ce qui se passe dans la vie n'est basé sur l'idée de justice.

Oui, je crois que c'est une question du langage. C'est dommage que la réaction des gens à la musique soit influencée par des faits qui n'ont rien à voir avec la musique elle-même.
- Si leur jouissance de la musique repose sur cette idée fausse que nous sommes des saints, je préfère qu'ils n'aiment pas la musique. C'est exactement sur ce genre de rêve que toi et moi, Pathé-Marconi, EMI, etc, font des fortunes.

Es-tu content de «Wish You Were Here» ?
- Non. Je n'en suis pas mécontent. Il est pas mal. Par contre «Ummagumma» est assez catastrophique.
 
Le disque live ou celui en studio ?
- Les deux. Mais en particulier le studio. L'enregistrement live est assez mauvais aussi…

Tu es content de «La Vallée» ?
- Pour ce que c'était… je crois que ce n'était pas mal. C'est autre chose. On l'a fait en quelques semaines. Vu ce qu'on a mis dedans, je le trouve pas mal. Mais les deux autres, je ne sais pas. «Atom Heart» et «Meddle» je les trouve tous les deux, à demi bons. J'aime «Echoes» et «Atom Heart Mother», les morceaux. Mais de l'autre côté [la face B], on l'a massacré.

Que vas-tu faire maintenant ?
- J'aimerais bien enregistrer «You gotta be crazy» et «Raving and Drooling» qu'on a joués sur scène aux États-Unis, et puis d'autres choses. Celles-là sont encore fraîches. [Ce sera l'album «Animals» NDLR] 
Je travaille sur un autre truc, «Flight From Reality», qui est très bizarre… Mais je voudrais sortir «You Gotta Be Crazy» parce que pour une fois, c'est une réponse à la presse anglaise. Beaucoup de gens dans la presse nous ont beaucoup critiqués en disant que les textes sont horribles. Je crois parfois que ces gens-là n'en peuvent plus d'eux-mêmes. Ils ont tendance à oublier que les gens qui achètent les disques et qui s'intéressent à la musique, n'ont pas tous les diplômes de littérature anglaise et qu'ils ne lisent pas forcément de livres non plus. De même pour les gens qui écrivent de la musique. C'est très possible que certains de mes textes sont banals, que je ne sois pas moi-même hors du commun.


[Source de l'image *]

jeudi 15 août 2019

J'ai rêvé tout cela [musique de Tom pour Polyglotte

Dans mon jeune temps, j'avais écrit ce poème en alexandrins. Plus tard, alors que j'avais recopié ce poème sur l'un de mes blogs, Tom du groupe Polyglotte m'a contacté pour demander la permission d'en faire une chanson et j'ai bien entendu donné mon accord. Comme ce petit air sympathique ne se trouve plus nulle part en ligne, je me permets de le rediffuser. Vous le trouverez également sur l'album «Blah blah blah» de Polyglotte. 
 
[J'ignore à cette heure si le groupe existe toujours. Comme il faut payer à la Sacem pour recevoir des droits, je n'ai jamais rien touché !]

 

J’ai rêvé tout cela qui n’a jamais eu lieu
Rêvé la promenade et tes élans vers moi
Tes sourires têtus et ta main dans l’émoi
Je l’avoue, j’ai rêvé ton regard et tes yeux
Et leurs feux allumés qui brûleront des mois

Je me suis pris moi-même en mes propres filets
Perdu, noyé, menti en mon imaginaire
Inventé la chanson et son rythme binaire
J’ai chantonné tout seul les paroles, nie-les,
D’un amour entre nous qui n’était que mon air

J’ai rêvé tout cela, voila, je te rassure
Nous savons tous les deux qu’il ne s’est rien passé
Qu’au milieu du réel, il serait déplacé
D’inventer un amour sans début ni cassure
J’ai rêvé tout cela qu’il faudra effacer

Je me suis mis moi-même à croire en mes images
Quelle folie m’a pris et quels tourments me prennent
Je me souviens de nous qu’il faut que je réfrène
J’ai rêvé selon toi et l’ange et le plumage
J’ai donc vécu sans toi cet amour schizophrène

Efface-le, nie-le, j’ai rêvé tout cela
Qui n’a jamais eu lieu et ne viendra jamais
J’ai rêvé pour moi seul que de t’avoir aimée
A quoi bon revenir dedans ces traces-là
Où tu posas la main dessus mon cœur à plat

J’ai rêvé tout cela rassure-toi, n’aie crainte
J’effacerais moi-même en mon cœur tes empreintes…




 

jeudi 21 mars 2019

Victoire en maillot jaune [Il les tape !]




Je peux déjà te l'annoncer : les gilets jaunes ont gagné.

Quoiqu'il arrive maintenant, Emmanuel Macron en a terminé de son quinquennat ; il est séché pour les quinze prochaines années. La question sociale est revenue au centre des débats et le point de bascule a été dépassé. Tout le projet «Premiers de Cordée» que le président nous avait tartiné à longueur de discours git là, cul par dessus tête. Dehors les start-up, les petits costards et le bling-bling de la technologie nouvelle. On a sous les yeux, le premier président qui s'est fait disrupter par son peuple. Le mec est plus sec qu'un tas de pierres, il va finir en poussière.

Il avait vendu du renouveau et les gens l'ont pris au mot, ils ont décidé de changer la donne. Ce qui n'était au départ qu'un éclat de colère contre le prix du carburant s'est transformé en un terreau où a aussitôt germé la fraternité. Ce qui n'était plus arrivé depuis longtemps et qu'on avait oublié est revenu sur les ronds-point : on s'est remis à se parler. Les uns ont cessé de s'opposer aux autres et ils se sont écoutés. Ils ont entendu d'autres gens plus ou moins comme eux, avec plus ou moins les mêmes problèmes de fin de mois, ils se sont adoptés en tant que copains de galère.

En quatre mois à peine, Emmanuel Macron est passé du gendre idéal pour famille honorable du Touquet à ce cyborg glacial qui interdit aux pauvres* d'aller crier leur colère et d'exprimer leur exaspération. Parce qu'à force de te faire retourner la tête, tu finis par croire n'importe quoi : les gilets jaunes ne sont pas une foule haineuse antisémite homophobe et raciste.

Pour la sédition, ça se discute.

La sédition est définie par Wikipedia « comme un acte incitant par le verbe ou les écrits à une désaffection envers l'État ou l'autorité constituée ». À partir du moment où tu te mets à protester par des blocages contre l'autorité d'un président, tu es forcément séditieux. Mais depuis quand se soulever contre ce qu'on considère comme injuste est-il un crime ?

Je suis surpris qu'on n'ait pas encore présenté quelques #giletsjaunes comme pédophiles* pour finir de couler le bateau.

Il faut reconnaitre que pour un mouvement qui s'essouffle depuis 18 semaines, il tient encore bien la barre. Malgré tous les blessés, malgré tous ceux qui ont été envoyés derrière les barreaux, malgré tous ceux qui sont encore en attente de jugement, malgré plusieurs centaines d'arrestations, malgré les interdictions des préfets, malgré les yeux crevés, les mains arrachées, les pieds explosés, malgré les gaz lacrymogènes à l'agressivité accrue, malgré la peur qui noue les tripes et fait suer froid le long du dos, malgré l'oppression permanente et le harcèlement des forces de l'ordre, malgré la déception de n'être pas encore plus nombreux, les gilets jaunes sont toujours là.

Semaine après semaine*, ils défilent, ils chantent, ils bloquent, ils ouvrent les péages et surtout, semaine après semaine, ils se retrouvent. Les gilets jaunes ont cette force que n'aura jamais Emmanuel Macron et sa clique en marche : le lien humain. Ça ne se trouve pas à la bourse et ça n'est pas une variable d'ajustement. Ça ne figure pas dans les tableaux qui décortiquent le fonctionnement chiffrée de nos sociétés modernes, forcément modernes. Ça ne s'apprend pas dans les hautes écoles qui forment des Playmobils gestionnaires. Il n'y a pas d'appli pour ça.

Les gilets jaunes ne sont pas d'extrême droite mais il y en a. Les gilets jaunes ne sont pas racistes mais il y en a. Ils ne sont pas insoumis, pas communistes, pas anarchistes, pas libertaires, pas complotistes, pas manipulés, pas déconnectés, pas illuminés mais il y en a. C'est amusant cette manière de vouloir réduire tout un groupe d'individus à une seule petite case. Je me demande si ce n'est pas un peu bizarre.

Et, comme je l'ai déjà dit par ailleurs : même si ce n'est pas très gentil d'être antisémite, en quoi cela empêche-t-il de réclamer de meilleurs salaires pour tous ? Parce qu'à force de te faire retourner la tête, tu finis par croire n'importe quoi : les gilets jaunes, ce sont des gens comme toi et moi, qui réclament avant tout deux choses :

. Une meilleure répartition des richesses
. Le droit en tant que citoyen de pouvoir ouvrir un débat de société sur un sujet particulier.

Quand quelqu'un se présente à toi avec la demande de pouvoir participer plus à la vie politique du pays,
on est quand même assez loin de l'image du barbare sanguinaire détruisant toutes les vitrines sur son passage. Par contre, le tableau de la parfaite démocratie républicaine est sérieusement écorné lorsqu'un président, incapable depuis 18 semaines d'apporter une réponse* politique aux citoyens en colère, leur envoie la troupe pour les faire taire.

Interdire les manifestations, ça n'est pas maintenir l'ordre, c'est interdire les manifestations.

Je ne serai personnellement pas très fier en ce moment, si je m'étais engagé dans les forces de l'ordre pour protéger et servir la population, de me retrouver à gazer de la mamie tous les samedis pour défendre Emmanuel Macron et la finance. Frapper sur les petites gens pour sauvegarder l'oligarchie, si j'étais flic ou gendarme, je pense que ça commencerait à me chatouiller délicatement l'éthique.

Ne dites pas que j'exagère. Quel genre de pays sommes-nous pour nous faire tancer par le Conseil de l'Europe*, Amnesty International* et l'ONU* réunis ? La patrie des Droits de l'Homme ? Même Erdogan* s'en est ému, c'est pour te dire si nous nous sommes quand même bien éloignés des rives paisibles de la vie républicaine.

Les gilets jaunes ont gagné parce que la question sociale est revenue au centre de la table. Il ne peut plus être question ni de start-up nation ni de ces balivernes pour happy-few techno-crétins, adorateurs du brouzouf en grande quantité. Il ne peut plus être question de continuer à faire payer les uns pendant que les autres sont légalement exemptés. Les gilets jaunes ont démontré un sens certain de l'effort et ils réclament que cet effort soit partagé par tous. Équitablement.

Les gilets jaunes ont révélé aux yeux du monde entier, le véritable visage d'Emmanuel Macron*. Il n'est plus ce plus jeune président de France qui prône la bienveillance et le bonheur pour chacun. Les gilets jaunes ont gagné parce qu'ils ont obligé Emmanuel Macron à se démasquer. Il ne peut plus être question de douter qu'il est en mission au service des puissants. Il use du pouvoir qui lui a été incidemment confié pour renvoyer l'ascenseur à ceux-là qui permirent son ascension.

Il remercie du ruissellement.

Emmanuel Macron est le président des pires riches, ceux qui vont jusqu'à souhaiter l'élimination physique des pauvres inutiles. Au bord extrême de la lutte des classes, il y a le fascisme…


Nota Benêt : comme dit Juan Branco*, il n'y a pas
de corruption, ils sont la corruption.



Source* de l'image