jeudi 12 février 2015

Traité de paix [souffle d'espoir]



Ce qu'est en train de faire François Hollande passe un petit peu inaperçu. Ou, pour le moins, son action n'est pas traitée sous cet angle. Pour comprendre, sortons la De Lorean du garage et retournons à Yalta en 1945, à la conférence de Yalta. Il n'y a rien qui te choque sur cette photo ? Eh ouais ! De Gaulle n'est pas sur le cliché ! C'est que nos amis américains, partis de Normandie pour arriver à Berlin, ils se sont dit : my god, on n'a pas fait tout ça pour rien, ici, c'est chez nous. Avec un bon projet pour la France : devenir un quasi énième état des Etats-Unis.

De Gaulle a piqué une gueulante, on a retrouvé notre grandeur d'antan et tout est rentré dans l'ordre. Le général en a conservé une certaine méfiance. D'où notre force nucléaire et notre indépendance militaire actée en 1966*… jusqu'à ce que Nicolas Sarkozy en 2011 signe notre retour au sein de l'OTAN sous commandement américain. On ne souligne pas assez combien l'ex-président français a couché le pays et trahi notre identité nationale.

Or, François Hollande, plutôt que de suivre la mise sous pression par les USA, a tenté de tendre la main à la Russie. Il n'a pas suivi la volonté américaine de relancer la guerre froide. Il a constamment gardé ouvert le dialogue avec Vladimir Poutine. Il a redonné à la France son rôle d'indépendance sur la scène internationale et je trouve ça bien.

[Pour les trolls et les peine-à-jouir : je ne suis ni pour Poutine ni pour l'Ukraine (aucun des deux ne m'a offert à boire, j'attends). Je sais seulement par expérience que, si la guerre éclatait entre l'Europe et la Russie, ça se terminerait autour d'une table après quelques dizaines de millions de morts. Alors, autant commencer par discuter tout de suite]

Nota benêt : des millions de morts en Europe,
c'est bon pour la croissance !

21 commentaires:

  1. Beau billet ! Vive Hollande ! Vive 1966 !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut bien dire que pour le coup, pépère est un grand président. :-)

      Supprimer
  2. C'est beau, c'est grand, c'est magnifique, de voir tous nos petits socialistes d'aujourd'hui applaudir à une politique gaullienne que leurs parents et grands-parents socialistes ont voué aux gémonies durant trois décennies, en traitant son inspirateur et metteur en œuvre de général factieux et d'aspirant dictateur.

    Aucune pudeur, aucune honte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est beau les gens capables de revenir à la sagesse avec le temps. Vous devriez en prendre de la graine. Votre positionnement idéologique camusien vous plaçant quand même plus du côté Laval-Pétain que du côté des courageux. La paille, ma poutre et l'abeille…

      Supprimer
    2. Il faudrait savoir si je suis camusien ou "lavalo-pétainiste", mon garçon, dans la mesure où Camus a de nombreuses fois, dans ses écrits, proclamé son admiration pour de Gaulle et Churchill.

      Mais je suppose que ce qu'écrivent les écrivains est de peu de poids en regard de vos paisibles certitudes.

      Supprimer
    3. Je ne suis pas "votre garçon", gardez vos familiarités pour vos chiens. Si vous pensez sincèrement l'extrême droite gaulliste, je comprends que la vieillesse est réellement un naufrage.

      Supprimer
    4. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
  3. Réponses
    1. tibor kraznahorta12 février 2015 à 16:20

      Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
  4. C'est un excellent billet en effet. Entre parenthèses, je l'ai lu grace aux modernoeuds. Finalement, ça a du bon.

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer