lundi 11 décembre 2017

Sélection naturelle [Je trie ton nom !]




La race humaine va disparaitre de raisons naturelles.

L’humanité a passé tout ce temps à se croire au-dessus de la nature et la planète a décidé de réagir une fois pour toutes. Envahie par un virus, la Terre modifie sa température pour s’en débarrasser. Elle a auparavant joué de toutes ses armes afin de se défendre de cette invasion. Des maladies de toutes sortes, de plus en plus complexes, des bactéries de plus en plus résistantes à nos défenses, des glissements de terrain, des inondations et des sècheresses, des éruptions volcaniques, des tremblements de terre, des avalanches, des tornades, des ouragans, des tsunamis. Cela n’a pas suffi à nous réduire en nombre.

Nous avons découpé le sol en parcelles et posé des clôtures, nous avons érigé des propriétés et des frontières, nous avons posé des murs et décidé qu’ici c’est chez nous. Nous avons détourné l’eau des fleuves. Nous avons rasé des forêt pour établir des jardins à nous seuls destinés. Nous avons édicté quel animal était utile et lequel devait disparaitre, lequel nous serait soumis en esclavage, lequel ne vivrait que pour que nous le mangions* et lequel enfin, recevrait des caresses. Nous avons imaginé dominer le vivant.

Pauvres fous que nous sommes de croire que cette vieille Terre qui a porté les dinosaures durant 165 millions d’années avant de nous laisser advenir allait assister à cette destruction sans réagir ; qu’elle allait nous regarder la mettre en lambeaux avec la douceur d’une terre-mère ! C’était oublier de quel feu elle fut nourrit, de quelle flammes elle naquit, de quelles forges elle vint, de quels temps anciens fut tissée son histoire. La Terre a un cœur de fer, elle sera sans pitié.

Nous sommes moins que ces sauriens qu’un accident d’astéroïdes a annihilé sans raison apparente. Nous sommes le déséquilibre que la nature régule, nous sommes son erreur qu’elle répare. Nous sommes le sommet de l’évolution, le haut de la pyramide. Nous avons été engendrés par la sélection naturelle, nous sommes le résultat ultime de l’expérience biologique : une espèce qui entend dominer toutes les autres et les détruire. L’effet Darwin est allé beaucoup trop loin, il est temps de reposer les règles. La génétique a bugué, il est bon pour la planète que nous disparaissions.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire