lundi 11 décembre 2017

Sélection naturelle [Je trie ton nom !]




La race humaine va disparaitre de raisons naturelles.

L’humanité a passé tout ce temps à se croire au-dessus de la nature et la planète a décidé de réagir une fois pour toutes. Envahie par un virus, la Terre modifie sa température pour s’en débarrasser. Elle a auparavant joué de toutes ses armes afin de se défendre de cette invasion. Des maladies de toutes sortes, de plus en plus complexes, des bactéries de plus en plus résistantes à nos défenses, des glissements de terrain, des inondations et des sècheresses, des éruptions volcaniques, des tremblements de terre, des avalanches, des tornades, des ouragans, des tsunamis. Cela n’a pas suffi à nous réduire en nombre.

Nous avons découpé le sol en parcelles et posé des clôtures, nous avons érigé des propriétés et des frontières, nous avons posé des murs et décidé qu’ici c’est chez nous. Nous avons détourné l’eau des fleuves. Nous avons rasé des forêt pour établir des jardins à nous seuls destinés. Nous avons édicté quel animal était utile et lequel devait disparaitre, lequel nous serait soumis en esclavage, lequel ne vivrait que pour que nous le mangions* et lequel enfin, recevrait des caresses. Nous avons imaginé dominer le vivant.

Pauvres fous que nous sommes de croire que cette vieille Terre qui a porté les dinosaures durant 165 millions d’années avant de nous laisser advenir allait assister à cette destruction sans réagir ; qu’elle allait nous regarder la mettre en lambeaux avec la douceur d’une terre-mère ! C’était oublier de quel feu elle fut nourrit, de quelle flammes elle naquit, de quelles forges elle vint, de quels temps anciens fut tissée son histoire. La Terre a un cœur de fer, elle sera sans pitié.

Nous sommes moins que ces sauriens qu’un accident d’astéroïdes a annihilé sans raison apparente. Nous sommes le déséquilibre que la nature régule, nous sommes son erreur qu’elle répare. Nous sommes le sommet de l’évolution, le haut de la pyramide. Nous avons été engendrés par la sélection naturelle, nous sommes le résultat ultime de l’expérience biologique : une espèce qui entend dominer toutes les autres et les détruire. L’effet Darwin est allé beaucoup trop loin, il est temps de reposer les règles. La génétique a bugué, il est bon pour la planète que nous disparaissions.

mercredi 25 octobre 2017

Apple fiscal [les fruits de la croissance…]



Si j'étais communicant chez Apple, j'appellerais Tim Cook à prendre la tête d'une nouvelle bataille avant d'en être la victime. Tout comme la compagnie californienne a su, face aux critiques légitimes des associations, se transformer pour devenir plus écolo*, il est temps pour elle aujourd'hui de payer ses impôts.

Le vent a tourné et l'opinion publique* prend de plus en plus conscience qu'on ne peut pas vivre dans des pays de plus en plus pauvres pendant que les multinationales font du slalom entre les différentes législations nationales pour échapper à l'impôt.

Apple est une entreprise mondiale dont les valeurs sont humanistes et cet humanisme passe aujourd'hui par la contribution au bien-être des populations par le paiement de sa contribution au budget des États*. Il ne peut plus être question de vendre du bonheur d'un côté si de l'autre, tu continues à afficher un comportement d'égoïste.

Surtout, Apple a tout à gagner dans cette bataille. Prenant la tête d'une campagne de moralisation financière, elle confortera son image de marque positive face à des concurrents bien incapables de l'y suivre. Elle a déjà le slogan et les arguments pour vendre l'idée d'un meilleur partage des fruits de la croissance : Think different*

Parce qu'Apple a développé un modèle qui intègre la totalité de la chaîne de production, elle a moins que d'autres à craindre de la fiscalité. Il est inscrit dans le code génétique de l'entreprise développée par Steve Jobs que pour garantir à l'utilisateur le meilleur appareil possible, elle doit en contrôler tous les composants.

C'est ainsi qu'Apple est autant propriétaire de la partie matérielle que de l'iOS qui constituent aujourd'hui l'iphone X, qu'elle fabrique autant la coque en aluminium du MacBook Pro que le MacOS qui lui permet de fonctionner de la meilleure manière possible au service de l'utilisateur.

En changeant de cap pour devenir aujourd'hui fiscalement responsable, Apple a l'occasion de renverser la table et de mettre à mal la totalité de ses concurrents. Facebook qui ne vend que du vent ne pourra pas survivre à ce sursaut d'impôts, quant à Google qui se développe au travers d'une multitude d'entreprises pour masquer sa position de monopôle, elle verra sa fiscalité exploser son business modèle*.

En terme d'image de marque tout comme sur le plan des valeurs, Apple peut conforter sa position de leader d'un avenir numérique humaniste. En lançant une campagne d'adhésion à la fiscalité juste et pour tous, Tim Cook peut frapper un grand coup dans ce milieu à forte concurrence et s'accaparer pour longtemps la place de chevalier blanc des entreprises responsables.

___________
Nota bene : en attendant qu'on m'emploie, je fournis un travail gratuit par le biais de ce blog sur lequel il n'y a pas de publicité. Si tu apprécies mes articles, tu as un bouton Paypal en haut à droite (sur ordinateur) pour me faire un don. C'est que les 437 euros du RSA, tu sais, c'est pas des vacances.

Source image*

jeudi 19 octobre 2017

Ce que nous sommes [ça commence à faire beaucoup…]




Nous ne sommes pas une armée d'imbéciles gouvernée par des cons, nous sommes des gens instruits* à qui l'on vend des vessies pour des lanternes.


Nous ne sommes pas des personnes qui méritons d'être pauvres par manque de talent, nous sommes des citoyens trop tolérants pour gifler les bourgeois pour ce qu'ils nous volent.


Parce que oui, la bourgeoisie, l'élite*, l'oligarchie, celle qui prend plusieurs noms comme pour mieux se cacher, est une troupe de voleurs.


Ils ne te le disent pas, ils emploient d'autres mots*. Par exemple, pour expliquer qu'une personne reçoive mensuellement et à elle seule de quoi rémunérer une bonne centaine de salariés, ils parlent de la «méritocratie».


La méritocratie* est le fruit de l'entre-soi. Elle est revendiquée par ceux qui ont le pouvoir afin de récompenser ceux qui leur en procurent d'avantage.


La méritocratie est la manière élégante qu'ils inventent pour justifier que nous ne sommes pas égaux en droits et que certains en méritent plus que d'autres.


Nous sommes quatre-vingts pour cent d'une classe d'âge depuis les années 80 à avoir obtenu le baccalauréat. Nous ne sommes pas des ignorants ou des analphabètes.


Nous avons l'intelligence et le savoir, nous possédons la capacité de comprendre l'ineptie de la politique menée. Enrichir les plus riches, ce n'est pas lutter contre la misère. Nous décidons tous ensemble, tous ensemble de les laisser faire.


Nous sommes, en république, une assemblée de citoyens égaux. Le plus pouilleux des pouilleux est l’exact égal d’un Pierre Gattaz et d’un Emmanuel Macron.


La plus souillon des souillons mérite exactement de porter gratuitement* les mêmes jupes ou robes ou pantalons Vuitton que Marie-Antoinette Brigitte Macron.
L'argent qui manque à notre république pour accomplir son rêve d'égalité est là, dans le coffre des banques et chez les milliardaires et leurs amis.


Nous ne sommes pas une armée d'imbéciles gouvernée par des cons, nous sommes des citoyens trop gentils pour reprendre l'argent qui nous a été volé. Et pourtant notre révolte est pavée de bonnes intentions.

Nota benêt : Franck Riboud était PDG de Danone.
Pour sa retraite qui débute au 1er décembre 2017,
il touchera 10.082 euros par jour.
Dix mille quatre vingt deux euros chaque jour…


Source image : set sel et poivre Marie-Anoinette*

 
—————————————————————————————
Faute d'embauche, je vis au RSA avec 435 euros par mois. Si tu souhaites que j'écrive dans ton journal, contacte-moi.
Cet article est un travail gratuit que je t'offre. Si tu as les moyens de me rémunérer, il y a un bouton de don Paypal (si tu es sur ordinateur) en haut à droite.
 

samedi 14 octobre 2017

La classe politique [costume-cravate]



Je pense que notre analyse des politiques est tout simplement erronée. Nous leur prêtons sans cesse une volonté d'améliorer notre société comme s'ils étaient des saints ou des humanistes ou missionnés par je ne sais quel mystère pour nous sauver du désastre.

Parce que, tu as vu, il y a toujours un désastre à venir dont il s'agirait que nous soyons préservés ; une catastrophe toujours future qui justifie à elle seule que l’on agisse comme ils agissent.
 

Je pense qu'en réalité, on peut mieux comprendre la nature des politiques* en les regardant pour ce qu'ils sont : des adorateurs du pouvoir. Ce que veulent les politiques n'est pas de faire baisser le chômage ou de trouver un toit à chacun, de prendre soin de la veuve et de l'orphelin, ni de préserver nos valeurs, ni de répandre le bonheur sur la terre.

La seule réelle volonté des politiques est de conquérir le pouvoir et d'en récolter les fruits.

Même en cas de crise économique, ils le conservent et ne sont pas affectés réellement. Ils ne sont pas comme des généraux qui prendraient la tête de leurs troupes durant la bataille, ils sont comme des colonels qui restent à l'abri de leur QG pour mieux compter les morts.

Les politiques ne font pas face au danger, ils le contemplent du haut de leur tour d'ivoire. Citez moi un seul élu qui après avoir échoué dans sa mission se serait retrouvé à la rue ou dans un dispensaire à se gratter les poux ? Citez-moi un seul politique qui se soit retrouvé dans la difficulté pour ne pas avoir accompli la mission que nous lui avions fixée ?

À part François Mitterrand rattrapé par l'arbitre avant la fin du match, nos anciens présidents poursuivent leur existence dans le confortable standing que leur procure la République. Notre République.

Si j'en crois les commentaires sur la situation actuelle, notre pays serait au bord de la ruine. Et Giscard, Chirac, Sarkozy et Hollande qui ont amené ce résultat vivent dans le confort douillet que le pays leur offre. Que NOUS leurs payons. Et si nous voulions comparer le pays à une entreprise, ils sont comme des dirigeants qui après avoir failli couler la boîte* continuent d’en percevoir une grasse rémunération.

Ils ont consacré leur vie à la conquête du pouvoir, ils ont régné quelques années avec un résultat largement décevant et ils finissent leur existence avec la garantie du luxe permanent.

Ils ne sont pas en place publique à se flageller de leurs erreurs. Ils ne se terrent pas dans l'ombre, couverts de la honte de leurs échecs. Ils vont en ville se faire admirer, se prêtent aux selfies, serrent quelques mains et pérorent* encore d'avoir pu conquérir le pouvoir mieux que les autres. Ils vont dans les dîners et ils narrent leur merveilleuse aventure* personnelle. Ils sont auréolés d'une gloire qui masquent leurs échecs.

Nous avons laissé se créer et prospérer une «classe» politique qui n'a que faire des conséquences de ses propres agissements. Quand ils échouent, ils continuent, qui de briguer d'autres mandats, qui de profiter de leur réseau pour trouver refuge dans le privé. Comme s'ils vendaient leur naufrage* au plus offrant.

Et Emmanuel Macron qui échouera comme d'autres avant lui pour avoir tenté les mêmes stupides approches libérales* face à une crise de société, nous savons déjà qu'il ne paiera rien de sa faillite. Il retournera d'où il vient, de la finance internationale, de la banque d'affaire ou bien coulera des jours heureux à briller encore et encore de son merveilleux destin.

Il racontera longtemps, laissant dans le non-dit l'armée des miséreux qu'il aura créée, comment son parcours fut un complet succès. Emmanuel Macron n'a pas besoin de réussir son quinquennat, sa gloire est déjà là : l'accomplissement politique est tout entier contenu dans la conquête du pouvoir.

Source image*

 
––––––––––––––––––
Nota benêt : faute d'embauche, je survis au RSA avec 435 euros par mois.
Si tu veux, je peux écrire dans les colonnes de ton journal, je suis disponible.
Si non, il y a en haut à droite [si tu es sur ordi !] un bouton de don pour m'offrir du beurre et des épinards.