mercredi 5 mars 2008

Les quatre coins [au delà du périphérique !]


Le Marché de Wazemmes à Lille [Photo Nicolas Kienast]


Ce qui est bien avec les municipales, c'est que soudain, la télévision est pleine de gens de partout. Des pas parisiens, quoi.


J'ai pu voir que Dominique Perben n'est toujours pas autre chose qu'un parachuté et que les lyonnais lui préféreront le calme Coulomb [et son écharpe fushia], Monsieur Bompart faire de la patinette en rond devant la mairie de Nice comme s'il ne pouvait déjà plus y entrer. Et Martine Aubry sur le marché de Wazemmes, ce qui est tout à fait normal pour une lilloise [nan, mais en tant que maire, je l'aime bien].

Pour les journalistes que ça intéresse, je détiens personnellement des informations sur Monsieur Chopard candidat de la Droite et des Sado-Masochistes Réunis au Kremlin-Bicêtre. Figurez-vous que ce maire putatif n'hésite pas à cacher le portable de son épouse dans les locaux de la Comète, la rutilante auberge locale, afin de faire croire à un vol odieux et dans le seul but de faire monter l'insécurité dans ce secteur de la commune pourtant jusque là très bien fréquenté. Ce sont là des procédés qu'il faut dénoncer publiquement quand on est comme moi fort attaché à la démocratie au comptoir.

[je plaisante, je lui ai même serré la main]

Il n'empêche que la période nous permet d'ouvrir les yeux sur l'origine géographique de la voix de la France. L'écart se creuse entre nos régions et la vision émise quotidiennement par la petite lucarne. Soudain, on voit des villages investis par des hordes de reporters, des routes de campagne débordées de camions de tournage et des places de l'Eglise envahies d'une aura nationale jusqu'à être bousculées par l'amplitude du phénomène médiatique. Ayons une pensée affectueuse pour les mille trois cents habitants de Solesmes dans la Sarthe obligé de se farcir les nouvelles aventures politiques de François Fillon.

Il n'y a guère que France3 qui fasse encore ce travail de s'intéresser auw terroirs. Mais bien sûr, comme chaque région ne reçoit les images que de son bout d'hexagone, ça limite à nouveau l'horizon.

Et ce sont ensuite les mêmes journalistes qui bientôt vont changer leur fusil d'épaule à propos de "Bienvenue chez les ch'tis". Comme à chaque fois dans ce pays que quelque chose devient populaire [exemple, Amélie Poulain], on va convoquer les sociologues et les énarques pour nous décortiquer le phénomène. Les types à cravates vont débouler sur les plateaux de talk-shows en tout genre, pour nous expliquer que c'est évidemment un film nationaliste parce qu'il parle du fin fond de la France et qu'il démontre l'enfermement sur lui-même du peuple français.

Mais quô qu'te crô tizote ? Qu'on va voir euch'film pour aut'koz que s'marrer ?*


J'aimerais que sorte du patois du Nord
pour se répandre partout le verbe JOQUER.
Par exemple : ne reste pas là, à joquer, signifie :
ne reste pas ainsi sur place à ne rien faire.
Tout ça en cinq lettres, c'est pas mal, non ?




*[Traduction pour les nuls : Mais que crois-tu toi ? Que nous allons voir ce film pour autre chose que pour rire ?]

13 commentaires:

  1. Ne te moque pas de mon futur maire ! Quand il aura ratissé assez large pour représenter tout le monde. En 2043.

    RépondreSupprimer
  2. Et en plus, tu vas faire passer les électeurs de Bicêtre pour des débutants.

    RépondreSupprimer
  3. Nicolas 1 : c'est vrai qu'il a de l'ambition, en plus ! :-)

    Nicolas 2 : tu crois qu'il peut être élu, vraiment ? :-))))

    RépondreSupprimer
  4. Avec un stage au Kremlin, tout est possible.

    RépondreSupprimer
  5. Salut mes gins
    j'min vas vous causer eud'min coin
    ch'ui la biloute liseronetta fan de D. Boon, tio garchon ed Armentières qu'aime l'tate au chuc. mi sus fière ed Roubaix, ch'ti toujours.J'connos pas bin le ch'timi mais j'aime bin ...

    tizote, quô qu'te crô, j'vas mete min k-way j'sus fin bieau avec

    grosse baisse
    eul bioute eud Roubaix

    RépondreSupprimer
  6. N.B.
    je signe
    eul biloute eud Roubaix (et non bioute)
    grosses baisses (grosses bises)

    RépondreSupprimer
  7. Tiens, c'est marrant, j'ai eu un specimen du genre qui palabrait sur le film des ch'tis, sur cette France qui refuse de se tourner vers le futur, cette France arcquebouté qui aime l'inculture et l'ivrognerie.

    Aujourd'hui, de toute façon, il fait bon tout sociologiser comme si on était des rats de labo...dans le fond, si ces gens là n'existaient pas, Sarko ne serait même pas Président...


    Je vous laisse réfléchir...

    RépondreSupprimer
  8. C'est divertissant de vous voir verser des larmes attendries à propos d'un film chantant les joies simples du terroir : je vous rappelle qu'en tant qu'hommes de gauche, vous êtes censés avoir le métissage généralisé comme ultime et radieux horizon.

    Vous seriez-ti en train de virer à droite, des fois ?

    RépondreSupprimer
  9. Franssoit : je suis d'accord, surtout du côté de la Comète ! :-)))

    Liseronetta : je ne suis pas sûr que les gens comprennent ! :-)))

    Dorham : ah bin voilà, les analystes commencent à taper sur le film alors ! Ca m'énerve, on dirait qu'ils ne s'amusent jamais parce que c'est MAL ! :-)))

    Didier Goux : soyez le bienvenu plus souvent ! :-)
    En fait, savoir d'où l'on vient (je suis né chti, on l'aura compris), n'empêche en rien de s'ouvrir à d'autres cultures. Ce serait même la condition nécessaire ! :-))

    RépondreSupprimer
  10. Poireau,

    C'est un honneur, tu es trollé par Didier Goux. Méfie toi juste quand il commente après 21h30 (hors période de bouclages divers). Remarque ! Je l'ai assez vite repéré : j'ai les mêmes mauvaises habitudes.

    RépondreSupprimer
  11. Poireau, si vous êtes du nord, je vous approuve 2 fois plus car les gens du Nord ont un gros coeur

    RépondreSupprimer