jeudi 21 mars 2019

Victoire en maillot jaune [Il les tape !]




Je peux déjà te l'annoncer : les gilets jaunes ont gagné.

Quoiqu'il arrive maintenant, Emmanuel Macron en a terminé de son quinquennat ; il est séché pour les quinze prochaines années. La question sociale est revenue au centre des débats et le point de bascule a été dépassé. Tout le projet «Premiers de Cordée» que le président nous avait tartiné à longueur de discours git là, cul par dessus tête. Dehors les start-up, les petits costards et le bling-bling de la technologie nouvelle. On a sous les yeux, le premier président qui s'est fait disrupter par son peuple. Le mec est plus sec qu'un tas de pierres, il va finir en poussière.

Il avait vendu du renouveau et les gens l'ont pris au mot, ils ont décidé de changer la donne. Ce qui n'était au départ qu'un éclat de colère contre le prix du carburant s'est transformé en un terreau où a aussitôt germé la fraternité. Ce qui n'était plus arrivé depuis longtemps et qu'on avait oublié est revenu sur les ronds-point : on s'est remis à se parler. Les uns ont cessé de s'opposer aux autres et ils se sont écoutés. Ils ont entendu d'autres gens plus ou moins comme eux, avec plus ou moins les mêmes problèmes de fin de mois, ils se sont adoptés en tant que copains de galère.

En quatre mois à peine, Emmanuel Macron est passé du gendre idéal pour famille honorable du Touquet à ce cyborg glacial qui interdit aux pauvres* d'aller crier leur colère et d'exprimer leur exaspération. Parce qu'à force de te faire retourner la tête, tu finis par croire n'importe quoi : les gilets jaunes ne sont pas une foule haineuse antisémite homophobe et raciste.

Pour la sédition, ça se discute.

La sédition est définie par Wikipedia « comme un acte incitant par le verbe ou les écrits à une désaffection envers l'État ou l'autorité constituée ». À partir du moment où tu te mets à protester par des blocages contre l'autorité d'un président, tu es forcément séditieux. Mais depuis quand se soulever contre ce qu'on considère comme injuste est-il un crime ?

Je suis surpris qu'on n'ait pas encore présenté quelques #giletsjaunes comme pédophiles* pour finir de couler le bateau.

Il faut reconnaitre que pour un mouvement qui s'essouffle depuis 18 semaines, il tient encore bien la barre. Malgré tous les blessés, malgré tous ceux qui ont été envoyés derrière les barreaux, malgré tous ceux qui sont encore en attente de jugement, malgré plusieurs centaines d'arrestations, malgré les interdictions des préfets, malgré les yeux crevés, les mains arrachées, les pieds explosés, malgré les gaz lacrymogènes à l'agressivité accrue, malgré la peur qui noue les tripes et fait suer froid le long du dos, malgré l'oppression permanente et le harcèlement des forces de l'ordre, malgré la déception de n'être pas encore plus nombreux, les gilets jaunes sont toujours là.

Semaine après semaine*, ils défilent, ils chantent, ils bloquent, ils ouvrent les péages et surtout, semaine après semaine, ils se retrouvent. Les gilets jaunes ont cette force que n'aura jamais Emmanuel Macron et sa clique en marche : le lien humain. Ça ne se trouve pas à la bourse et ça n'est pas une variable d'ajustement. Ça ne figure pas dans les tableaux qui décortiquent le fonctionnement chiffrée de nos sociétés modernes, forcément modernes. Ça ne s'apprend pas dans les hautes écoles qui forment des Playmobils gestionnaires. Il n'y a pas d'appli pour ça.

Les gilets jaunes ne sont pas d'extrême droite mais il y en a. Les gilets jaunes ne sont pas racistes mais il y en a. Ils ne sont pas insoumis, pas communistes, pas anarchistes, pas libertaires, pas complotistes, pas manipulés, pas déconnectés, pas illuminés mais il y en a. C'est amusant cette manière de vouloir réduire tout un groupe d'individus à une seule petite case. Je me demande si ce n'est pas un peu bizarre.

Et, comme je l'ai déjà dit par ailleurs : même si ce n'est pas très gentil d'être antisémite, en quoi cela empêche-t-il de réclamer de meilleurs salaires pour tous ? Parce qu'à force de te faire retourner la tête, tu finis par croire n'importe quoi : les gilets jaunes, ce sont des gens comme toi et moi, qui réclament avant tout deux choses :

. Une meilleure répartition des richesses
. Le droit en tant que citoyen de pouvoir ouvrir un débat de société sur un sujet particulier.

Quand quelqu'un se présente à toi avec la demande de pouvoir participer plus à la vie politique du pays,
on est quand même assez loin de l'image du barbare sanguinaire détruisant toutes les vitrines sur son passage. Par contre, le tableau de la parfaite démocratie républicaine est sérieusement écorné lorsqu'un président, incapable depuis 18 semaines d'apporter une réponse* politique aux citoyens en colère, leur envoie la troupe pour les faire taire.

Interdire les manifestations, ça n'est pas maintenir l'ordre, c'est interdire les manifestations.

Je ne serai personnellement pas très fier en ce moment, si je m'étais engagé dans les forces de l'ordre pour protéger et servir la population, de me retrouver à gazer de la mamie tous les samedis pour défendre Emmanuel Macron et la finance. Frapper sur les petites gens pour sauvegarder l'oligarchie, si j'étais flic ou gendarme, je pense que ça commencerait à me chatouiller délicatement l'éthique.

Ne dites pas que j'exagère. Quel genre de pays sommes-nous pour nous faire tancer par le Conseil de l'Europe*, Amnesty International* et l'ONU* réunis ? La patrie des Droits de l'Homme ? Même Erdogan* s'en est ému, c'est pour te dire si nous nous sommes quand même bien éloignés des rives paisibles de la vie républicaine.

Les gilets jaunes ont gagné parce que la question sociale est revenue au centre de la table. Il ne peut plus être question ni de start-up nation ni de ces balivernes pour happy-few techno-crétins, adorateurs du brouzouf en grande quantité. Il ne peut plus être question de continuer à faire payer les uns pendant que les autres sont légalement exemptés. Les gilets jaunes ont démontré un sens certain de l'effort et ils réclament que cet effort soit partagé par tous. Équitablement.

Les gilets jaunes ont révélé aux yeux du monde entier, le véritable visage d'Emmanuel Macron*. Il n'est plus ce plus jeune président de France qui prône la bienveillance et le bonheur pour chacun. Les gilets jaunes ont gagné parce qu'ils ont obligé Emmanuel Macron à se démasquer. Il ne peut plus être question de douter qu'il est en mission au service des puissants. Il use du pouvoir qui lui a été incidemment confié pour renvoyer l'ascenseur à ceux-là qui permirent son ascension.

Il remercie du ruissellement.

Emmanuel Macron est le président des pires riches, ceux qui vont jusqu'à souhaiter l'élimination physique des pauvres inutiles. Au bord extrême de la lutte des classes, il y a le fascisme…


Nota Benêt : comme dit Juan Branco*, il n'y a pas
de corruption, ils sont la corruption.



Source* de l'image

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire